19/02/2007

Quand on est dingue... On assume

Il y a des jours où, franchement, ça ne tourne décidément pas rond dans mon crâne... Dans la nuit de vendredi à samedi, pétée comme un petit lu, je n'ai rien trouvé de mieux que de proposer à mon cher et tendre d'aller nous promener dans les jardins du Palais royal...

Et nous voilà donc en train d'enjamber la balustrade, et comme il y a une belle dénivellation, blam ! je me retrouve dans un buisson d'où j'ai eu toutes les peines du monde de m'extraire... Et puis, nous nous promenons, main dans la main dans les jardins. Il faisait calme, les oiseaux chantaient. Nous sommes arrivés sous le portique et avons admiré le paysage. Forcément, la cavalerie a débarqué. De gentils flics, tout aussi morts de rire que nous. Nous leur avons dit que nous étions juste en train de nous promener en amoureux et que, après tout, en tant que citoyens, le Palais royal nous appartient aussi...

Les identités ont été contrôlées, ce qui n'est pas évident lorsque l'on est pas en possession de ses papiers... La totale !

Finalement, nous avons été reconduits à la grille, calmement.

Non mais je vous jure... C'était drôle ! C'était rock'n roll mais tellement naturel.

Je me demande tout de même pourquoi je fais des trucs pareils. J'espère ne jamais connaître une révolution car je sais que je serais dans les premières à monter aux barricades.

J'assume...

10:32 Écrit par Fr dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

Et quand on assume...on est dingue, dis ??? Potence d'oubli
L'oiseau fait son nid
Messieurs les corbeaux
Passeront ta peau
Comme à l'étamis
Mais auparavant
T'auras comme le vent
Semé quelque part
Ta graine d'ananar

Bisous, ma Rebelge préférée ;-)

Écrit par : Pascal | 19/02/2007

"Pétée comme un petit lu", je ne l'avais pas encore entendue, celle-là!
Cette histoire me fait sourire. Vous avez voulu profiter d'un endroit où les gens ne se promènent pas habituellement, y a pas de mal à vouloir se faire du bien, moi je dis, surtout si ce n'est aux dépends de personne.
A bientôt

Écrit par : Kardream | 19/02/2007

La même histoire ou presque Hello Frédérique,

je ne sais pas si tu parles du Parc Royal ou du Parc du Palais Royal, juste en face.

Parce que ce parc-là, un de mes amis y est "allé".

Tu vois le parc clos de murs, sur la gauche du palais? Il fait face également au boulevard de la petite ceinture. Près de la statue de Léopold II...

Les murs d'enceinte sont très, très bas. Deux mètres à certains endroits. Un soir, en pleine période "CCC", nous étions là, avec des amis, à plaisanter en escaladant la statue équestre de Léopold II. J'ai proposé à un ami d'aller chercher des châtaignes dans le parc. En un clin d'oeil j'étais sur le mur, appelant les autres. Mon ami a fini par me rejoindre sur le mur. À chaque passage de voiture, nous prenions des poses au milieu des statues d'anges.

Mais les autres ne voulaient pas nous rejoindre, et je suis donc redescendu. Mon ami, lui, est resté au dessus, à haranguer les autres. Brusquement, une patrouille de soldats armés et casqués a débouché au coin de l'enceinte, pour une ronde réglementaire. Nous avons tous fait semblant de rien: toute la bande, sifflotant, les mains dans les poches, le regard au sol. Et notre ami, couché sur le mur, à deux mètres à peine, avec l'air le plus nonchalant possible.

Bien sûr, ils l'ont vu. Bien sûr, ils l'ont sommé de descendre, sous la menace des fusils. Les bras sur la tête, il a dû marcher vers le poste de garde, suivi par le peloton, et puis par notre bande, qui riait jaune.

Il a subi un interrogatoire classique, avec la lampe dans les yeux: "Où sont tes complices? Combien êtes-vous? Tu es de quelle organisation?" Des chiens fouillaient le parc de l'autre côté du mur, derrière la porte où nous attendions.

Ils n'ont pas cru la version réelle "je voulais trouver des châtaignes". Ils ont fini par le relâcher, une heure plus tard, après la phrase candide: "je voulais donner une bise à la statue de l'ange".

La Sûreté de l'État est descendue dans son quartier à Schaerbeek pendant deux jours pour interroger tous ses voisins. Je vous dis pas l'ambiance dans la rue quand il sortait les poubelles.

Il a fini par peindre de jolies grilles noires et or sur sa Renault 4L. D'un côté on pouvait lire "Baudouin fan club" et de l'autre "Fabiola fan club".

Écrit par : Benoi | 20/02/2007

... Je parle des jardins qui se trouvent juste devant le Palais Royal, entre les grilles et le bâtiment...
Nous avons eu de la chance :-)

Écrit par : Frédérique | 21/02/2007

Les commentaires sont fermés.