28/06/2007

Gordon Brown...

lune-soleil

 

Je ne sais pas si cela vous fait le même effet qu'à moi mais à chaque fois que j'entends le nom du nouveau Premier ministre anglais, les Stranglers se mettent à jouer dans ma tête... Notez, ce n'est pas désagréable ;-)

 

Belle journée à toutes et à tous.

10:08 Écrit par Fr dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

26/06/2007

 

 

Montségur

Il est des émotions si fortes que l’on éprouve parfois la sensation d’être trop à l’étroit dans notre enveloppe corporelle. Une intensité tellement difficile à contenir qu’elle déborde par la voix ou par les yeux.

 

Voir et visiter les ruines de Montségur était un de mes plus grands rêves. A 14 ans, je me suis promis de faire ce voyage. Aujourd’hui, c’est chose faite. J’avais le cœur qui battait la chamade en entrant dans ce lieu. Toucher un rêve du doigt est une expérience tellement unique. Vivre son rêve provoque une sensation indescriptible.

 

J’avais mon lecteur mp3 avec moi et j’ai écouté « la Musique de transformation » du Parsifal de Wagner dans cet endroit. Je me rappelle que dans un questionnaire on m’avait demandé à quoi j’aimerais ressembler et j’avais répondu « A la Musique de transformation ». Etre au beau milieu des ruines de Montségur et entendre cette musique, cela a été si beau, si intense, si bouleversant que je me suis mise à pleurer non pas comme une Madeleine mais comme une toute petite Frédérique toute secouée de vivre ce qu’elle était en train de vivre. Certains mots n’existent pas pour définir certaines sensations, certaines émotions. C’est très bien ainsi. Parfois, les mots sont de trop.

13:46 Écrit par Fr dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

25/06/2007

 

A présent, sur ma bibliothèque, il y a deux petits cailloux, côte à côte. Il y avait peu de probabilités qu’il se rejoignent, l’un provenant du terrain où se trouve le « Dolmen des Fées », près de Minerve, l’autre de Quéribus. J’ai choisi le premier au hasard. Minuit venait de sonner au clocher du village et les chauves-souris dansaient joyeusement au dessus de nos têtes. C’était un moment si paisible, si positif. J’ai ramassé ce petit caillou et je l’ai serré très très fort dans ma main. Comme un enfant, je lui ai demandé de toujours me rappeler cet instant lorsque je le prendrais ou lorsque je le regarderais, je lui ai demandé de toujours me transmettre un peu de cette joie ressentie au moment où je l’ai posé dans le creux de ma main. Je sais, c’est puéril, mais je suis comme ça.

La deuxième pierre m’a été donnée par mon compagnon. Ce n’est qu’un petit morceau de roche et pourtant, il est plus précieux à mes yeux que tous les diamants de la terre réunis parce qu’il a été ramassé à un endroit dont je n’oublierai jamais la vision tellement elle est associée à un moment de bonheur et au sourire de mon amoureux.

 

Le bonheur… C’est souvent si simple. J’ai deux petits cailloux qui me le rappellent.

16:56 Écrit par Fr dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |