17/07/2007

A lire de toute urgence !

Théophile

 

A l’heure où « No Kids » de Corinne Maier rencontre un joli succès en librairie et bénéficie d’une belle couverture médiatique, j’aimerais vous parler d’un livre, injustement moins connu, qui aborde cette thématique sous un angle différent. Il s’agit de « L’Art de guillotiner les procréateurs. Manifeste anti-nataliste » de Théophile de Giraud.

 

Il s’agit d’un remarquable travail de réflexion qui a le mérite de bien secouer le lecteur et de le faire se questionner sur ses propres choix, sur le sens de la procréation et sur la responsabilité et les conséquences à long terme de mettre au monde un enfant. D’une rigueur implacable, d’un style racé à la plume trempée dans le vitriol et l’humour noir, l’auteur nous offre ici un ouvrage fondamental, puissant, en marge de la littérature bien pensante dont nous sommes abreuvés en permanence et qui ne contribue qu’à l’endormissement des esprits.

 

Œuvre philosophique et éthique, cette bombe ne fait pas partie de ces ouvrages qui se lisent en une heure, prêts à consommer... Non. On lit, on se questionne, on revient encore et encore sur certains passages tellement cela pousse au questionnement. C’est intelligent, essentiel et… jubilatoire !

 

Si vous cherchez un ouvrage qui est tout sauf tiède, qu’une remise en question ne vous fait pas peur, que vous êtes lassés des discours bien pensants, lisses et insipides, je vous invite à vous plonger sans attendre dans la lecture de ce manifeste. Attention… Vous n’en sortirez pas indemnes. En fin de compte, n’est-ce pas ce que nous espérons, en finir avec une certaine léthargie ? Et bien voilà ! Vous n’avez plus d’excuse ;-)

 

Référence : Théophile de Giraud, L’Art de guillotiner les procréateurs. Manifeste anti-nataliste, Nancy, Le Mort-Qui-Trompe, 2006.

12:56 Écrit par Fr dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

13/07/2007

A relire et à réécouter

As soon as your born they make you feel small,
By giving you no time instead of it all,
Till the pain is so big you feel nothing at all,
A working class hero is something to be,
A working class hero is something to be.

They hurt you at home and they hit you at school,
They hate you if you're clever and they despise a fool,
Till you're so fucking crazy you can't follow their rules,
A working class hero is something to be,
A working class hero is something to be.

When they've tortured and scared you for twenty odd years,
Then they expect you to pick a career,
When you can't really function you're so full of fear,
A working class hero is something to be,
A working class hero is something to be.

Keep you doped with religion and sex and TV,
And you think you're so clever and classless and free,
But you're still fucking peasents as far as I can see,
A working class hero is something to be,
A working class hero is something to be.

There's room at the top they are telling you still,
But first you must learn how to smile as you kill,
If you want to be like the folks on the hill,
A working class hero is something to be.
A working class hero is something to be.
If you want to be a hero well just follow me,
If you want to be a hero well just follow me.

John Lennon, Working Class Hero

12:30 Écrit par Fr dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/07/2007

Etat d'esprit

Face à la mer

 

11:28 Écrit par Fr dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |