14/04/2007

sans commentaire

iggy

 

12:55 Écrit par Fr dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

04/04/2007

 

Même si tout n’est pas parfait, même si il y a toujours matière à critiquer telle ou telle chose, je pousse un « ouf ! » de soulagement de vivre aujourd’hui.

Je n’imagine pas ce qu’aurait été ma vie en d’autres temps, en d’autres lieux, entourée d’autres visages que ceux qui peuplent mes jours, sans le visage de celui qui accompagne mes jours et mes nuits et auprès duquel mes rêves jouent.

 

Je suis divorcée, j’ai voulu me suicider et, à présent, je prends la décision de mettre un terme à ce qui s’est mis à pousser dans mon ventre sans que je ne l’ai souhaité.

En d’autres temps, j’aurais été mise au ban de la société pour de telles décisions et de tels actes. En d’autres temps, oui, mais cette époque est révolue, fort heureusement.

Il n’est pas question ici d’inconscience, de légèreté. Loin de là. Par le fait de poser ces actes, souvent douloureux à vivre, je crois faire preuve d’une réflexion sur la vie, sur ce que j’ai à offrir ou pas, sur ce que je ne veux pas faire subir à autrui.

J’ai la chance de disposer de mon corps, de ne faire l’objet d’aucune pression (merci à ma famille de me comprendre), j’ai aussi la chance de ne pas être égoïste au point de mettre un enfant au monde en n’étant pas au mieux de mes capacités morales et physique.

Je n’ai pas besoin « pondre » un pansement à mes blessures en passe de cicatrisation. Je me le refuse et je crois être saine d’esprit en agissant de la sorte.

 

J’ai 35 ans. C’est la première fois que je suis enceinte. Ce sera plus que probablement la dernière. J’écoute ma conscience. Je sais que le choix que je pose est juste et honnête. C’est tout ce qui importe.

17:26 Écrit par Fr dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

03/04/2007

 

basse_b

13:03 Écrit par Fr dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

 

"Ceux qui sont contre l'avortement, sont ceux-là mêmes qui sont pour la peine de mort."

Guy Bedos

10:11 Écrit par Fr dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/03/2007

 

Je ne sais pas ce qu’il en est pour vous mais j’éprouve parfois du mal à mettre des mots sur ce que je vis. J’ai beau chercher les moyens de dire ce que je ressens, je dois me contenter de ressentir et établir le constat que mon vocabulaire est bien imprécis. Alors, je me tais et je me retranche dans le ressenti. Dans ces moments, je suis une éponge. J’absorbe les émotions, je les laisse infuser et peut-être qu’un jour, par trop plein, je les laisserai s’échapper de mon corps et de ma gorge.

 

Ce que je peux dire, c’est que je vais bien, que j’ai réellement envie de me donner la chance d’être heureuse et de ne plus me saboter comme je l’ai si souvent fait. Certains vieux mécanismes sont toujours là et je lutte pour les déloger de mon crâne. Dans le combat entre ce que je veux et mes craintes liées aux blessures passées, c’est le « ce que je veux » qui l’emportera. J’en décide de la sorte.

Dont acte.

 

12:37 Écrit par Fr dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

29/03/2007

 

Les yeux rivés sur la tour de contrôle

Je rêve qu’un ovni écorche mon ciel,

que ma mère dise un jour « Merde ! »,

Que les minutes comptent 70 secondes.

 

Je m’évapore afin de mieux me concentrer

Dans les recoins obscurs de ma conscience

Et j’espère pouvoir en déloger ces impuretés

Qui me font appréhender les fins de moi.

 

Je souris sans escale, en contrepoids

A la couleur ecchymose de mes yeux.

Je souris pour travestir les traces

D’une mémoire qui aspire à se déchirer.

16:51 Écrit par Fr dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/03/2007

My Morning song

thiefaine_03

(Ce type est fou... mais qu'est-ce que ça fait du bien !)

 

Ce matin le marchand de coco n'est pas passé et au lieu de
Se rendre à l'école, tous les vieillards se sont amusés à casser
Des huîtres sur le rebord du trottoir avec des
Démonte-pneus... Sur ma porte j'ai marqué : "Absent pour
La journée"... Dehors il fait mauvais, il pleut des chats et des
Chiens... Les cinémas sont fermés, c'est la grève des clowns...
Alors je reste à la fenêtre à regarder passer les camions
Militaires... Puis je décroche le téléphone et je regarde
Les postières par les trous de l'écouteur...

Tu as la splendeur d'un enterrement de première classe
Et moi je suis timide comme un enfant mort-né.
Oh, timide ! Oh, mort-né !
Dans x temps il se peut que les lamelles de mes semelles
Se déconnectent et que tu les prennes sur la gueule...
Je t'aime, je t'aime... Et je t'offre ma vie et je t'offre mon corps,
Mon casier judiciaire et mon béribéri, je t'aime !

Ce matin les enfants ont cassé leurs vélos avant de se jeter
Sous les tramways No1, No4, No10, No12, No30, No51, No62
No80, No82, No90, No95, No101, No106 et 1095 (qui gagne
Un lavabo en porcelaine)... En sautant de mon lit,
J'ai compté les morceaux... C'est alors que j'ai vu le regard
Inhumain de ton amant maudit qui me lorgnait comme une
Bête à travers les pales du ventilateur tout en faisant l'amour
Dans une baignoire remplie de choucroute garnie...

Tu as la splendeur d'un enterrement de première classe
Et moi je suis timide comme un enfant mort-né.
Oh, timide ! Oh, mort-né !
Dans x temps il se peut que les lamelles de mes semelles
Se déconnectent et que tu les prennes sur la gueule...
Je t'aime, je t'aime... Et je t'offre ma vie et je t'offre mon corps,
Mon casier judiciaire et mon béribéri, je t'aime !

Hubert-Félix Thiéfaine, La Vierge au Dodge

12:52 Écrit par Fr dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |